أخبار عاجلة
الرئيسية / اقتصاد / Comment l’économie nationale peut-elle faire face à toute contraction économique potentielle après Le COVID-19 ?

Comment l’économie nationale peut-elle faire face à toute contraction économique potentielle après Le COVID-19 ?

On suit ensemble ce qui se passe dans le monde, le taux de mortalité à Corona augmente, le niveau de peur de l’avenir augmente ainsi que ” l’inconnu ” qui attend le monde au-delà de la couronne économique. Aussi le Maroc, et avec cette pensée pré-pandémique est devenu un impératif et même une nécessité de survie.
Maintenir l’emploi et lutter contre le monopole et le marché noir, ça doit être la première priorité du gouvernement pour sa gestion de la période post-Corona, en particulier avec les attentes de la Haute Commission de planification qui prévoit une baisse de 6% de la demande extérieure du Maroc au cours du deuxième trimestre 2020.
La crise devrait jeter un coup d’oeil sur les grandes entreprises étrangères avec leurs succursales au Maroc, dont les principaux centres en Europe envisagent de réduire leur charge en réduisant les ressources humaines, ce qui menace le chômage dans divers secteurs.
Face à ces difficultés que peuvent rencontrer les grandes entreprises, ces derniers qui seront déficitaires et seront obligées de les vendre aux prix les plus bas pour les sauver, et seront donc face à des acheteurs de concurrents sur le marché soucieux de contrôler le marché et d’imposer leurs lois et d’avaler ces types d’entreprises , et nous mentionnons ici sans parler des secteurs: (voitures, Carburant, pharmacie, pièces détachées …).
Il existe également des fonds souverains étrangers, qui à leur tour sont à la recherche de l’opportunité et investissent leur monnaie qui est gelée avec laquelle qui veulent acheter n’importe quoi.
Ces nouveaux acheteurs peuvent restructurer les entreprises défaillantes et licencier des milliers d’employés et de cadres afin de réduire les coûts, prétendant réduire la chaîne de production.
Le gouvernement de M. Saad Eddin Al Othmani n’a d’autre choix que d’intervenir pour limiter les répercussions de cette crise à venir, l’État étant le premier acheteur à cent pour cent de ces entreprises dans le cadre d’un partenariat entre l’État et le secteur privé, d’autant plus que ces grandes entreprises ont obtenu des avantages fiscaux et de vastes terres Au prix le plus bas qui pourrait être dit, sue c’est un bon marché.
L’État peut également se donner cette priorité à travers un amendement juridique qui lui donne droit de préemption dans le droit des sociétés (sociétés anonymes et sociétés à responsabilité limitée et actions nominales) et en ce qui concerne les actions (sociétés à responsabilité limitée et sociétés anonymes) qui vivent en difficulté Dettes ou situation difficile menaçant la perte d’emplois, car l’intervention de l’État sera selon moi une étape d’évaluation et de sauvetage.
Le ministère de l’économie, des finances et de l’administration peut également créer au sein de la direction des établissements publics et de la privatisation un comité dont la mission est de dénombrer les entreprises menacées par la crise et d’anticiper la communication avec elles avant que le pire ne se produise, c’est-à-dire avant que le gouvernement ne se retrouve face à face avec des cohortes de chômeurs .
Les chiffres du Haut Commissaire pour la planification et leurs attentes suscitent la peur et l’appréhension de l’avenir: je m’attendais à ce que l’économie nationale connaisse une baisse estimée de 1,8%, au cours du deuxième trimestre 2020, en raison d’une baisse de la valeur ajoutée sans agriculture, équivalente à la moitié du rythme de sa croissance, parallèlement à l’arrêt de la plupart des activités de restauration et d’hôtellerie De plus, 60% des activités de transport et 22% des activités commerciales ont été contractées.
Le secteur du tourisme a été le plus touché par cette pandémie, avec des attentes de perte de plus de 5 millions de touristes en 2020, il est devenu nécessaire que le gouvernement recherche des solutions après la paralysie du secteur touristique en quarantaine, en raison de la fermeture des frontières, et il n’y a pas de solution – à mon avis – sauf pour encourager le tourisme Intérieur et inciter les Marocains à voyager à l’intérieur du Maroc et à le découvrir à nouveau, bien que la préoccupation des Marocains dans la crise actuelle soit la nourriture, avant de voyager et d’itinérance, il est donc nécessaire de développer une nouvelle stratégie pour augmenter la demande pour l’offre touristique nationale et mettre des remises même sur les marges de profit généralement obtenues par les professionnels du tourisme Pour qu’ils puissent entrer dans le cycle économique, et travailler même avec les profits les plus bas.
L’intervention de l’Etat ici est possible avec l’acquisition d’établissements hôteliers, selon ce que nous avons proposé de la loi de préemption.
Après la fermeture des frontières, le secteur de l’aviation a été affecté par le secteur du tourisme, et que des milliers d’employés du secteur sont devenus presque inactifs, ce qui appelle le gouvernement à réfléchir à des solutions adaptées à la situation économique. Mais les décisions d’ouvrir les frontières ne sont pas à notre mains , donc en attendant que le monde ouvre les frontières et l’espace aérien, pour cela il faut que les compagnies aériennes au Maroc opèrent en encourageant les vols intérieurs et en les rendant accessibles aux Marocains avec un tarif exceptionnel afin de faire bouger le volant du secteur, même en réalisant une simple marge bénéficiaire.
Le secteur immobilier, à son tour, souffrira davantage de cette crise qu’il ne le fait actuellement en raison de la baisse de la demande de biens immobiliers des Marocains résidant à l’étranger. Je m’attends à ce que le marché de l’immobilier de luxe et le marché du logement moyen s’effondrent, avec une légère reprise pour le logement économique, ce qui pourrait menacer les petits promoteurs immobiliers de faire faillite, car la plupart d’entre eux dépendent de la dette des banques pour financer leurs projets. Et permettre aux Marocains de vivre selon la capacité de leurs poches et les circonstances actuelles.
Le maintien des emplois et l’engagement efficace dans le cycle économique permettent le maintien de la continuité des affaires et des emplois.
La durée de la période du confinement au Maroc et dans le monde reste le principal déterminant de l’évaluation de l’ampleur des pertes sur l’économie nationale et mondiale, en particulier pour les partenaires du Maroc comme l’Europe et l’Afrique, à une époque où le monde estimait ses pertes dues à Corona à plus de 4100 milliards de dollars, si bien que le respect des règles de confinement et de prévention est la solution La seule façon de contrôler l’épidémie est de donner un nouveau souffle à l’économie nationale et mondiale à l’ère de la pandémie post-Corona.

Anis Ben El Cadi Secrétaire Régional PAM Daraa Tafilalet

شاهد أيضاً

إنجاز وبرمجة 62 مشروعا تهم قطاع الصحة في إطار المبادرة الوطنية للتنمية البشرية على مستوى إقليم تاونات

متابعة/ماروك24ميديا منذ انطلاقتها سنة 2005 من طرف صاحب الجلالة الملك محمد السادس نصره الله وأيده، …

المندوبية الاقليمية للصحة و الحماية الاجتماعية بإقليم تازة :اجتماعات تنسيقية من أجل أنجاح الحملة الاستدرامية للتلقيح ضد بوحمرون

متابعة/ماروك24ميديا عقدت المندوبية الاقليمية للصحة و الحماية الاجتماعية بإقليم تازة سلسلة من الاجتماعات التنسيقية مع …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *